Réforme de la formation professionnelle 2018 : ce qui se dessine

8 Fév 2018 | L'actu en bref | 0 commentaires

La future réforme de la formation professionnelle fait l’objet d’une négociation entre partenaires sociaux en vue d’un projet de loi qui sera adopté avant la fin de l’été. Les débats entre patronat et syndicats devraient prendre fin le 16 février prochain. À quoi peut-on d’ores et déjà s’attendre ?

En novembre 2017, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a remis aux partenaires sociaux la feuille de route qui constitue la base des débats, et laisse présumer des grandes orientations du projet de loi.

Le compte personnel de formation (CPF) optimisé et renforcé

Le compte personnel de formation sera au cœur de la future réforme de la formation professionnelle et fera l’objet d’améliorations.

  • La simplification du site du CPF

L’actuelle plateforme en ligne devrait être simplifiée. L’objectif est de permettre aux salariés de connaitre facilement leurs droits à la formation, mais aussi les postes à pourvoir dans leur région, et des indications sur les formations menant à ces emplois (taux d’insertion, jours et horaires).

  • Une possible comptabilisation en points

Sur le fond du dispositif, la comptabilisation des formations en heures est questionnée : des rumeurs font état de l’apparition d’un système de points.

Besoin de simplifier la recherche de vos prestataires de formations ?

De nouveaux moyens pour le conseil en évolution professionnelle (CEP)

Créé comme le CPF en 2014, le CEP est un peu l’oublié de la précédente réforme de la formation. L’idée est de muscler financièrement ce dispositif qui propose un accompagnement gratuit et personnalisé très utile pour faire le point sur sa situation professionnelle, élaborer un projet d’évolution ou de reconversion.

Alternance : un pilotage simplifié

Depuis la réforme professionnelle de 2014, l’alternance est régie par le contrat de professionnalisation (géré par les OPCA) et le système d’apprentissage géré par les régions (notamment les centres d’apprentissage). Aujourd’hui, les discussions portent notamment sur deux sujets.

  • La création d’un référent unique pour l’apprentissage

Sans aller forcément vers une fusion, le rapport sur l’alternance remis à la ministre du Travail le 30 janvier 2018 suggère de faire converger le contrat d’apprentissage vers celui de professionnalisation.

  • La collecte de la taxe d’apprentissage

À ce sujet, le patronat a précisé le 1er février son projet de pilotage de l’alternance par les branches professionnelles. Il plaide pour une  contribution unique gérée par les partenaires sociaux qui financerait à  la fois les contrats  d’apprentissage et de professionnalisation.