Réalité virtuelle dans la formation professionnelle : à vos casques !

28 Juin 2017 | Innovations pédagogiques | 0 commentaires

Encore perçue, parfois, comme un gadget sophistiqué destiné aux amateurs de jeux futuristes et de science-fiction, la réalité virtuelle représente un pas aussi important pour la formation professionnelle que le furent les premiers outils de formation distancielle il y a une quinzaine d’années. Passage en revue des atouts et possibilités du procédé.

Apparition et limites de l’e-learning traditionnel

À l’orée des années 2000, les formations à distance ont marqué le début d’un véritable changement d’ère dans la formation professionnelle. Si les premiers dispositifs digitaux ont, au début, séduit les entreprises, les 2ont rapidement pris conscience que l’acte de formation ne peut se dispenser totalement de l’humain sous peine de nuire à la motivation des apprenants.

C’est dans ce contexte qu’a émergé le Blended learning, mêlant formation distancielle et présentielle. Cette approche a tendance à prévaloir aujourd’hui dans les entreprises puisqu’elle représente un bon équilibre entre innovation, réduction des coûts et accessibilité aux formations. Mais, quelle que soit la qualité des dispositifs (et des COOC, SPOC ou autres outils qui les composent), certains apprentissages nécessitent de se déplacer dans des univers spécifiques, de faire fonctionner de nouvelles machines ou de manipuler divers objets. Comment procéder pour dispenser ces formations grâce au digital ?

Le boom de la réalité virtuelle et des technologies immersives

Avec le développement de la réalité virtuelle et des technologies immersives, le champ des possibles s’ouvre désormais très largement. À l’origine utilisées en CAO (conception industrielle), ces technologies ont rapidement suscité l’intérêt des entreprises pour d’autres applications.

Qu’est-ce que la réalité virtuelle ? Un environnement en trois dimensions généré par un ordinateur, qui permet à un utilisateur de s’immerger dans un monde partiellement ou entièrement fictif.

Grâce aux casques de réalité virtuelle, aujourd’hui développés et perfectionnés par de nombreuses sociétés, il est possible d’explorer un univers interactif qui sollicite à la fois l’ouïe et la vision.

La réalité virtuelle ne doit pas être confondue avec la réalité augmentée qui permet, elle, de superposer des objets virtuels à notre réalité pour modifier notre environnement.

Utilisée dans un premier temps pour sensibiliser des clients à un service ou une offre, ou à tester leurs réactions, la réalité virtuelle se met de plus en plus au service de la formation professionnelle : un domaine où la diversité des applications permet de coller au plus près aux problématiques des entreprises.

Des usages innovants pour la formation

> Sécurité et prévention des risques

Le premier atout de la réalité virtuelle pour la formation, c’est de rendre possible l’expérimentation de machines ou le déplacement dans des lieux fidèlement reconstitués pour familiariser les collaborateurs avec des univers « risqués » en toute sécurité. Les applications dans le domaine de la prévention sont nombreuses : tests d’évacuation d’un site en cas de catastrophe, procédures d’entraînement à un accident, utilisation d’une machine-outil, manipulation de produits dangereux, maîtrise des risques sur un échafaudage…

> Évaluation

Utilisée à des fins d’évaluation, la réalité virtuelle permet une objectivité accrue pour juger de la maîtrise des techniques ou savoir-faire demandés aux collaborateurs. Ainsi, au-delà de la formation proprement dite de leurs salariés, les entreprises peuvent élaborer une cartographie complète et précise des compétences maitrisées par leurs équipes, collaborateur par collaborateur.

Des avantages indéniables pour l’entreprise

La valeur ajoutée de la réalité virtuelle à la formation professionnelle est évidente en termes de :

> pédagogie

Avec la réalité virtuelle, les apprenants vivent une expérience de formation interactive et réaliste. Ils peuvent faire toutes les erreurs nécessaires à leur apprentissage sans aucune conséquence dans la réalité. Le procédé permet par exemple de se trouver face à des clients difficiles et de s’entraîner à les gérer, ce que ne permettent pas les outils d’e-learning traditionnel.

En permettant de combiner apprentissage d’un geste métier et apprentissage de procédures, la réalité virtuelle fait passer d’un apport de connaissances à une réelle augmentation des compétences, exploitables sur le terrain.

> personnalisation

Le grand apport de la réalité virtuelle est qu’elle rend possible la mise au point de tous les scénarios imaginables en fonction des problématiques de chaque organisation. À titre d’exemple, Serious Factory a imaginé un Serious Game dans le casque immersif où l’apprenant se retrouve dans la peau d’un schizophrène. Destinée aux médecins-psychiatres, cette simulation vise à mieux comprendre la pathologie, et ainsi améliorer la prise en charge des patients.

> coûts

Au-delà de la sécurité des formations dispensées, de leur réalisme et de leur personnalisation totale, le coût constitue l’autre grand avantage de la réalité virtuelle et des technologies immersives. N’importe quel environnement difficilement mobilisable – par exemple un avion – peut être reconstitué, les équipements ne subissent aucune usure, et les frais de déplacement ou d’hébergement sont éliminés. Il suffit en effet que chaque apprenant soit équipé d’un casque de réalité virtuelle, objet désormais accessible financièrement.

La réalité virtuelle n’en est encore qu’à ses débuts. Il est vraisemblable qu’elle jouera un rôle déterminant dans les dispositifs de formations à venir, d’autant qu’elle est un gage de motivation des collaborateurs. Elle apporte aussi aux DRH une évaluation plus facile de la progression des apprenants, les sessions pouvant être enregistrées et analysées en post-formation.