Qu’est-ce que le mobile learning ?

7 Mar 2019 | Innovations pédagogiques | 0 commentaires

Le mobile learning, parfois appelé m-learning ou apprentissage nomade, désigne une modalité de formation consistant à se former depuis son smartphone (éventuellement sa tablette), n’importe où et à n’importe quel moment. Adopté par de nombreux groupes aux Etats-Unis, le concept connait aujourd’hui un fort développement en Europe et s’intègre de plus en plus aux stratégies de blended-learning des responsables formation.  

Se former sur son écran préféré

Se former sur son smartphone, une mode ? Plutôt une tendance destinée à s’ancrer dans les usages, si l’on considère seulement ces chiffres : en France, 98% des 18-24 ans, 92% des 25-39 ans et 81% des 40-59 ans sont équipés d’un smartphone. Loin devant tous les autres équipements numériques, cet appareil est devenu le premier écran des Français.

Le mobile learning bénéficie ainsi d’emblée d’un avantage sur toutes les autres modalités de formation : il s’effectue à travers le device préféré des utilisateurs, ce qui ne peut qu’accroître la motivation et l’appropriation des contenus. Mais l’utilisation du smartphone plutôt que de l’ordinateur n’est pas la seule différence entre mobile learning et e-learning : l’approche pédagogique et les contenus ont eux aussi leurs spécificités.

Le mobile learning n’est pas l’e-learning

L’e-learning, aujourd’hui largement plébiscité par les services formation et les collaborateurs pour compléter les formations en présentiel, peut prendre de très nombreuses formes. Réalisé avec ou sans formateur, collectivement ou individuellement, il est apprécié pour son efficacité, son attractivité et la facilité avec laquelle il permet d’analyser les performances des apprenants.

Le mobile learning n’est pas juste un contenu de formation à distance conçu en responsive design pour être accessible via un smartphone. Il se distingue de l’e-learning par deux éléments majeurs :

  • Des formats courts de type microlearning

À la différence de l’e-learning, dont les modules sont d’une durée moyenne de 20 à 30 minutes, le mobile learning se concentre sur des formats courts de type microlearning. L’assimilation du contenu se fait via de brèves séquences, répétées à volonté sur une période de temps. Il est ainsi possible de progresser dans un cours ou de réviser la dernière notion étudiée dans les transports en commun, ou en attendant un rendez-vous professionnel, sans avoir à prévoir un créneau horaire. La rétention des connaissances est renforcée parce que l’apprenant étudie au moment qu’il choisit, celui où il se sent le plus disponible et motivé pour le faire.

  • Une dimension gamification très forte

La gamification et l’aspect « mobile first » des contenus explique l’attractivité du mobile learning : les capsules utilisent volontiers les codes des jeux vidéo à travers des challenges, des récompenses, des niveaux… Cette gamification maintient les apprenants dans une posture active, ce qui favorise leur implication et la bonne assimilation des savoirs diffusés.

Besoin de simplifier la recherche de vos prestataires de formations ?

Apports et promesses du mobile learning à la formation professionnelle

  • Une réponse performante à des besoins précis

Pratique, rapide, efficace et économique, le mobile learning est bien en phase avec son époque et les attentes actuelles en termes d’agilité. Cette modalité permet aux services RH d’aborder la formation professionnelle sous son angle le plus pragmatique : de quelle formation a besoin précisément telle ou telle population de l’entreprise pour mettre très rapidement à jour ses compétences ? Le mobile learning peut ainsi venir compléter utilement des formations plus généralistes ou plus ambitieuses, en comblant des besoins opérationnels bien circonscrits.

  • Des possibilités technologiques toujours plus grandes

Sur le plan technologique, les smartphones et tablettes peuvent désormais supporter en instantané des contenus très élaborés. Cette puissance accrue des appareils ouvre le champ à la création de modules toujours plus attractifs, par exemple en réalité virtuelle pour une immersion plus grande de l’apprenant. Ce dernier peut alors, avec un « simple » smartphone, évoluer dans un univers comparable à celui des jeux vidéo, en agissant sur des objets ou commandes. Imaginer un contenu de formation ayant le même impact et le même succès auprès des apprenants que le jeu Pokemon Go en a eu auprès du grand public n’a plus rien d’irréaliste !

  • Une agilité quasiment inégalable

En affranchissant les apprenants, mais aussi les services formation, de toute contrainte d’anticipation et de lieu, le mobile learning apporte à l’action de formation une flexibilité presque absolue. Un atout peut-être encore plus précieux que l’attractivité et le coût, les deux autres points forts de cette modalité.

Certes, le mobile learning n’est pas appelé à devenir l’alpha et l’oméga de la formation professionnelle. Si son efficacité est indiscutable pour l’apprentissage de savoirs surtout opérationnels, d’autres formats sont plus appropriés pour la diffusion de contenus plus vastes, exigeant une progression constante et continue et l’encadrement d’un formateur. Il reste que le mobile learning est en train de s’implanter solidement dans le champ de la formation professionnelle, et qu’il faudra sans doute attendre le remplacement des smartphones par une autre technologie pour l’en voir sortir un jour !