Performance de la formation : comment réduire le Time to learn ?

14 Mai 2020 | Conseils Pratiques | 0 commentaires

La performance de la formation est un sujet qui revient régulièrement au sein des entreprises. Si le modèle de Kirkpatrick demeure incontournable quand on parle d’évaluation de la formation, de nouveaux indicateurs sont apparus avec le développement du digital learning. Le Time to learn fait partie de ceux sur lesquels les responsables du développement des compétences ont, aujourd’hui, tout intérêt à s‘appuyer. 

Digital learning : nouvelles modalités, nouveaux indicateurs

Le modèle d’évaluation de Kirkpatrick – réaction ; apprentissage ; comportement ; résultats – a imposé des indicateurs toujours utilisés aujourd’hui dans l’évaluation de la formation professionnelle : la réaction de l’apprenant (recueillie dans la feuille d’évaluation traditionnelle), les connaissances acquises à chaud, le niveau de transfert des connaissances dans l’activité professionnelle, les impacts sur la performance opérationnelle, et le rapprochement entre ce résultat et les objectifs initialement fixés.

Cependant, des éléments extérieurs à la formation elle-même influencent ces indicateurs. À titre d’exemple, le transfert des connaissances dans l’activité professionnelle, qui est décisif, dépend largement de la volonté de l’apprenant de mettre en application ses nouvelles connaissances, voire des moyens que lui donne son manager pour y parvenir.

En permettant le développement de nouvelles modalités de formation, l’expansion du digital a fait émerger de nouveaux indicateurs parmi lesquels :

  • Le délai entre l’expression du besoin et la réponse apportée : également appelé Time to learn, cet indicateur reflète la qualité de la réactivité du service formation, un critère de plus en plus observé en raison de la « culture de la réactivité » instaurée par le digital.
  • Le taux de connexion : il est possible, dans les formations dispensées via une plateforme LMS, de recueillir le taux de connexion des salariés à la plateforme.
  • Les enquêtes de satisfaction à chaud : réalisées en temps réel dans les LMS, elles tendent à remplacer les traditionnelles enquêtes de satisfaction envoyées par mail a posteriori des formations.
  • Le taux d’abandon en cours de formation : cet indicateur n’est pas nouveau, mais les modules digitaux permettent de savoir avec précision à quel moment précis du parcours les apprenants se désengagent, et d’en comprendre les raisons.

Pourquoi réduire le Time to learn ?

Selon certains spécialistes, le Time to learn moyen serait de trois mois dans les entreprises françaises, mais peut facilement en atteindre six. Non seulement les compétences nécessaires peuvent avoir évolué au bout d’une telle durée, mais il se peut même que le salarié ait quitté l’entreprise !

Réduire le Time to learn est donc un objectif que tout responsable du développement des compétences peut se fixer pour optimiser l’efficacité de son plan de formation et de ses actions. La réduction du Time to learn vous permet d’agir sur :

  • la performance de la formation : plus vite les compétences nécessaires sont acquises, plus vite elles sont mises en application par l’apprenant au service de l’entreprise.
  • la satisfaction du collaborateur vis-à-vis de son employeur : voir que sa demande est rapidement prise en compte témoigne de l’intérêt de l’entreprise pour le développement de ses compétences et de son employabilité.
  • L’image du service formation : le Time to learn est un indicateur de performance tangible pour démontrer votre valeur ajoutée à la direction et aux business units.

Besoin de simplifier la recherche de vos prestataires de formations ?

Trois conseils pour réduire le Time to learn dans votre organisation

Commencez par estimez votre Time to learn moyen en relevant toutes les dates d’entrée de demandes de formation et de début de celles-ci. Fixez-vous ensuite des objectifs de réduction en fonction des différents types de formation. Quelles que soient les étapes du processus sur lesquelles vous concentrerez vos efforts par la suite, attachez-vous aux trois points suivants :

1) Enrichissez régulièrement votre catalogue LMS

Intégrer des modules de formation répondant aux besoins et demandes les plus courants vous fait gagner un temps précieux. À titre d’exemple, l’apprenant qui souhaite bénéficier d’une mise à niveau en anglais peut se former directement en self learning sur votre LMS. Les collaborateurs disposent ainsi des compétences nécessaires au bon moment.

Vous vous épargnez en outre, pour les formations concernées, les tâches chronophages de recherche de prestataires, validations administratives et financement.

2) Gagnez du temps sur la sélection des prestataires de formation

Toutes les formations ne peuvent évidemment être intégrées dans votre plateforme LMS, aussi vous faut-il recourir à des prestataires externes. Mais lancer un appel d’offres de formation s’avère toujours long et aléatoire : comment s’assurer de ne pas passer à côté des meilleurs organismes ? Comment être certain que ceux que vous aurez sélectionnés seront « dans les clous » par rapport à votre cahier des charges ? Comment gérer un tel processus qui multiplie les interlocuteurs ?

Une plateforme d’intermédiation performante vous apporte un gain de temps décisif pour cette étape. À la différence des solutions se contentant d’agréger des catalogues de formation, la plateforme CursusPro cible pour vous les prestataires les plus adaptés et garantit votre accompagnement jusqu’à la décision finale : un seul interlocuteur pour un résultat rapide et optimal.

3) Corrélez le Time to learn au Time to transfer

Obtenir le Time to learn idéal, c’est faire en sorte que la formation s’achève juste avant la date à laquelle le bénéficiaire devrait pouvoir la mettre en application pour répondre aux nouveaux impératifs de son poste. Il convient donc de corréler le Time to learn au Time To Transfer, autrement dit au temps écoulé entre la fin de la formation et la mise en application de celle-ci dans le contexte professionnel.

Plus les connaissances acquises durant la formation sont « chaudes », mieux elles seront appliquées efficacement et assimilées à long terme par vos collaborateurs.

 

Le Time to learn est un indicateur efficace pour apporter de la performance à la formation, mais aussi pour démontrer la performance du service formation au sein de l’entreprise. Un élément à prendre en compte à l’heure où la formation continue n’est plus considérée comme une dépense obligatoire, mais comme un investissement soumis à des impératifs de rentabilité.