La montée en puissance des formations à la QVT

8 Juin 2017 | Tendances du marché | 0 commentaires

Il y a seulement trois ou quatre ans, certaines entreprises se posaient encore la question : la QVT n’est-elle qu’une mode, ou s’agit-il réellement d’un enjeu d’avenir ? La cause est aujourd’hui entendue. La QVT, qui touche des sujets majeurs de l’entreprise comme son fonctionnement, sa performance et son image, est une véritable vague de fond. Déjà nombreuses, les formations dans ce domaine n’ont pas fini de se développer et de se perfectionner. Voici pourquoi.

Pourquoi la QVT devient un sujet majeur en entreprise

> Parce que la QVT est un sujet prioritaire de la RSE

Comme nous l’avons déjà évoqué dans un article publié sur ce blog, la responsabilité sociale des entreprises, ou RSE, recouvre des enjeux environnementaux et éthiques, mais aussi sociaux et humains. Outre le développement de l’employabilité des salariés, l’hygiène, la sécurité et la santé des salariés sont des thématiques incontournables dans toute politique de RSE crédible : des sujets directement liés à la QVT.

Dans un contexte de chômage élevé, l’intensification du travail et les RPS (risques psychosociaux) ont tendance à augmenter, nombre de salariés redoutant de perdre leur job. Promouvoir un développement durable de l’entreprise implique d’en tenir compte, et faire marcher de concert QVT et RSE est une question de cohérence : comment une entreprise qui se soucie de la santé des habitants d’une région en limitant au maximum l’impact de son activité sur l’environnement pourrait-elle, parallèlement, ne pas faire cas de la santé physique et psychologique de ses salariés ?

> Parce que la QVT dynamise la marque employeur

Avec la révolution digitale, les réseaux sociaux sont devenus déterminants dans la réputation des entreprises, aussi bien en ce qui concerne leurs marques et produits que leur image institutionnelle et leur réputation d’employeur. Calquant leurs usages professionnels sur leurs usages privés, les candidats cherchent sur ces réseaux des informations authentiques sur les entreprises qu’ils envisagent de rejoindre. De même que les salariés insatisfaits de leurs conditions de travail n’hésitent pas à le dire sur ces médias, ceux qui estiment leur employeur deviennent les ambassadeurs de l’entreprise, les promoteurs les plus crédibles de sa marque employeur.

> Parce que la QVT est un moteur de performance

Affirmer que la QVT augmente la performance de l’entreprise n’est plus une opinion, mais un fait reconnu dont attestent de plus en plus d’études, comme celle de Terra Nova en 2016. Une démarche de QVT globale bien pensée génère en effet un engagement fort chez les salariés, une responsabilisation et une envie d’innover au bénéfice de l’entreprise.

Accélérateur de performance en matière de qualité du travail, d’efficacité et de productivité, la QVT est aussi un moteur de performance financière.

Même si on manque encore d’indicateurs pour mesurer tous les impacts positifs d’une QVT élevée, certains d’entre eux sont éloquents : baisse de l’absentéisme, baisse du turnover, baisse des coûts de sourcing et de recrutement…

Plus largement, la QVT suscite un intérêt fort parce qu’elle peut engendrer un cercle vertueux pour l’entreprise, la qualité de vie des salariés se répercutant sur celle du service délivré aux clients. Parvenir à ce résultat nécessite cependant de déployer une approche globale, la notion de QVT regroupant des éléments très différents qui interagissent les uns sur les autres.

Besoin de simplifier la recherche de vos prestataires de formations ?

Pourquoi les formations à la QVT sont nécessaires 

 Parce que la QVT suppose une nouvelle vision de l’entreprise 

Un projet de QVT suppose, pour aboutir, l’adhésion et l’implication de toutes les populations de l’entreprise. La QVT ne peut donc se limiter à un catalogue de mesurettes destinées à améliorer l’expérience salarié. Objets connectés, aménagement des espaces de travail, installation d’un baby-foot ou massages cervicaux au bureau peuvent être des initiatives bienvenues, mais restent des gadgets s’ils sont mis en place sans vision ni fil directeur. Le mode de management en cours dans l’entreprise et l’organisation du travail sont beaucoup plus décisifs en termes de QVT que ces dispositions « cosmétiques » qui ne traitent pas le fond du problème, à savoir le bien-être psychique des salariés.

Or, dès que l’on parle de management et d’organisation, on touche à des sujets sensibles dont on sait qu’ils nécessitent des formations. Si les aspects santé des salariés et prévention des RPS occupent une place importante dans la majorité des formations à la QVT disponibles sur le marché, l’attention accordée par certains organismes au management lui-même peut s’avérer insuffisante. Il est important, en sélectionnant les formations qui seront dispensées aux équipes, de se souvenir que les managers sont les premiers acteurs de la QVT dans l’entreprise.

> Parce que des questions comme le droit à la déconnexion ne se traitent pas à la légère

À l’heure où la porosité entre vie professionnelle et sphère privée est identifiée comme un facteur de RPS, le droit à la déconnexion est un sujet dont les entreprises se sont emparées parce qu’il s’agit désormais d’une obligation légale.

Contenir ou interdire les emails sur une tranche horaire déterminée reste une mesure peu efficace en termes de QVT, puisque cela conduit surtout à reporter la lecture des emails au lendemain matin. Une formation appropriée permettra de déconstruire certains principes obsolètes, comme celui selon lequel la création de valeur d’un salarié est proportionnelle à son temps de travail. Un bon équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle n’est pas seulement fondamental pour le repos et la santé : il l’est aussi pour prendre de la distance sur la façon d’accomplir telle ou telle tâche, trouver de nouvelles idées en faisant des choses différentes. La plupart des formations à la QVT permettent de creuser cette question de gestion des temps pour favoriser réellement la montée de la QVT.

Parce qu’elle suppose de vraies remises en question, parce qu’elle est toujours un projet de long terme, la QVT nécessite des formations professionnelles éclairantes sur les ressorts du bien-être au travail, la santé et les risques psychosociaux, les approches managériales à même de générer de l’engagement et un sentiment d’appartenance à l’entreprise. C’est en formant largement les équipes à la QVT, et en premier lieu les managers, que celle-ci portera ses fruits pour l’entreprise comme pour ses salariés.