Les bénéfices collatéraux de la formation professionnelle

20 Juil 2017 | Actualités | 0 commentaires

Si l’on se place du point de vue de l’entreprise, la formation professionnelle a pour premier objectif de disposer de salariés plus efficaces, dotés de compétences nouvelles ou remises à jour qui leur permettront de mieux s’acquitter de leurs missions. Mais elle peut aussi avoir d’autres impacts bénéfiques pour l’organisation en termes de fidélisation, d’engagement, de cohésion d’équipe et de performance collective. Décryptage de ces atouts.

Des salariés mieux fidélisés et plus engagés

Dans un contexte fortement concurrentiel où les collaborateurs de qualité font la différence, gagner la guerre des talents sur le seul volet du recrutement ne suffit pas : l’enjeu est aussi de fidéliser les éléments de valeur. Au même titre que la rémunération, l’aménagement du temps de travail ou la gestion des carrières, la formation professionnelle peut s’avérer un excellent levier de fidélisation.

S’épanouir dans son travail, évoluer rapidement, telles sont aujourd’hui les attentes des collaborateurs auxquelles doivent répondre les responsables RH. Les salariés espèrent aujourd’hui beaucoup de la formation professionnelle, surtout depuis la mise en place de la réforme de la formation début 2015. Celle-ci leur a fait prendre conscience des responsabilités qu’ils ont dans le développement de leurs compétences grâce à de nouveaux dispositifs comme le CPF, dont ils connaissent l’existence à défaut de l’avoir déjà utilisé. Voilà pourquoi, pour être efficace, la stratégie de fidélisation des collaborateurs doit désormais s’articuler étroitement avec la politique de formation de l’entreprise.

Par ailleurs, proposer à ses salariés des formations de qualité, répondant réellement à leurs besoins, est un témoignage de confiance dans leurs capacités à apprendre et à progresser. C’est aussi un signal fort, qui montre au collaborateur que l’entreprise est prête à investir sur lui. Cette marque de reconnaissance est d’autant plus importante qu’il est parfois difficile, dans le contexte actuel, d’agir sur les salaires ou l’acquisition de nouveaux avantages sociaux.

Enfin, l’innovation pédagogique très forte qui caractérise la formation professionnelle depuis une dizaine d’années – nouveaux formats d’apprentissage digitaux, personnalisation poussée, utilisation des neurosciences… – vient à point nommé pour servir les objectifs de satisfaction des salariés. Toutes les conditions semblent donc réunies pour faire bénéficier ces derniers de formations satisfaisantes et épanouissantes, ce qui aura pour effet de renforcer leur fidélité et leur loyauté vis-à-vis de l’entreprise… et leur engagement dans leur travail. Ce nouvel engagement des salariés aura lui-même des répercussions positives sur d’autres dimensions :

  • Une baisse des risques psychosociaux, consécutive au sentiment de confiance retrouvé. Le bore-out, risque psychosocial avéré même s’il est moins connu que le burn-out, n’a plus lieu d’être lorsqu’un salarié éprouve de nouveau de l’intérêt pour son activité et se projette dans l’avenir.
  • Une baisse de l’absentéisme, et notamment des microabsences liées au désengagement : un indicateur éloquent à prendre en compte dans toute estimation du ROI de la formation professionnelle.
  • Une baisse mécanique du turnover liée à la meilleure fidélisation des collaborateurs.

Une culture d’entreprise et une performance collective renforcées

La culture d’une entreprise se lit au quotidien dans des comportements, des routines, des modes de raisonnement et des méthodologies influencés par les caractéristiques de l’organisation : sa taille, son environnement, son mode de gouvernance… Elle est irriguée par plusieurs facteurs, comme la personnalité des fondateurs et/ou des dirigeants, l’environnement culturel national ou local, et bien entendu l’histoire de l’entreprise elle-même.

Parmi tous ces éléments, la culture professionnelle des salariés joue un rôle important, voire essentiel. Cette culture professionnelle repose largement sur la formation des salariés. Beaucoup d’employeurs en sont manifestement convaincus, puisqu’ils privilégient dans leurs recrutements des personnes ayant des parcours professionnels différents, mais une formation initiale commune : à titre d’exemple, telle entreprise habituée à recruter des diplômés de Sciences Po aura du mal à se détacher de son modèle si elle y a trouvé son compte jusqu’alors. Autant dire que cela ne favorise pas la diversité des profils dans l’entreprise, qui est pourtant l’une des richesses de toute organisation !

Dès lors, une question se pose à un certain nombre d’employeurs : comment favoriser à la fois une certaine diversité de profils dans l’organisation et garantir une « culture professionnelle » commune qui permette à des salariés différents, qui de surcroit ne sont pas toujours situés sur le même site, de fonctionner efficacement ensemble ?

La formation professionnelle continue apporte une réponse puissante à cette problématique. En effet, au-delà des formations dispensées spécifiquement à tels ou tels salariés en fonction de l’évolution de leurs tâches ou de leur poste, de nombreuses formations permettent d’acquérir des méthodes de travail ou de gestion de projets communes. Dispensées à un vaste panel de salariés, ces formations créent un socle commun, une culture de travail propre à l’entreprise. Être formé de la même façon et dans les mêmes conditions donne aux salariés la possibilité de parler le même langage, de partager une même approche des problématiques, de mieux communiquer : en un mot, d’être plus efficaces et de mieux travailler ensemble.

On se figure facilement le gain de performance que le suivi de formations communes peut générer. Ce gain est d’autant plus grand que la période d’apprentissage permet à des collaborateurs issus de services ou de sites géographiques différents de se découvrir ou de mieux se connaître, ce qui renforce la cohésion de toutes les ressources dans l’entreprise. En outre, la diversité actuelle des modes de formations, mixant le caractère ludique et attrayant du e-learning à la convivialité du présentiel autour d’un formateur, donne à l’apprentissage la coloration d’une aventure partagée ! Et si la formation professionnelle était, au bout du compte, le meilleur outil de team-building dont puissent rêver les DRH ?