Les apports de l’AFEST pour les apprenants et les entreprises

10 Jan 2019 | Innovation et tendances | 2 commentaires

En redéfinissant l’action de formation comme « un parcours pédagogique permettant d’atteindre un objectif professionnel », la loi Avenir professionnel entérine l’idée que l’action de formation peut être réalisée en situation de travail, ce qui facilite l’acquisition des savoir-faire en les associant au contexte où ils seront appliqués. Quels sont les apports de l’AFEST, et quelles sont les conditions requises pour que celle-ci porte réellement ses fruits ? Eléments de réponse avec les conclusions du rapport final de l’expérimentation en situation de travail publié en juillet 2018.

L’AFEST, une modalité de formation au plus près du terrain

L’AFEST, ou action de formation en situation de travail, désigne un processus qui alterne des séquences d’apprentissage en situation de travail et une séquence d’ancrage de ces apprentissages au sein d’une séance réflexive.

L’AFEST n’est en rien un apprentissage « sur le tas » : elle nécessite au contraire une ingénierie spécifique et le respect d’un cadre précis pour porter ses fruits, au bénéfice des apprenants autant que de l’entreprise.

Initiée par la DGEFP et pilotée avec les partenaires sociaux,  le Copanef, le Cnefop, le FPSPP et l’Anact, une grande expérimentation a été conduite dans 50 entreprises de tous secteurs avec le concours de 13 OPCA (bientôt OPCO). Publié en juillet 2018,  le rapport final sur l’expérimentation de l’action de formation en situation de travail  livre de nombreux enseignements sur les apports de l’AFEST et les conditions de son succès.

Objectif de l’expérimentation de l’AFEST

En lançant l’expérimentation sur l’AFEST, les instances porteuses du projet cherchaient à définir les conditions pour qu’une formation se déroulant en situation de travail puisse être à la fois :

  • efficace en matière d’acquisition des savoir-faire et compétences,
  • reconnue comme une véritable action de formation, et comme telle éligible aux financements de la formation professionnelle,
  • applicable dans les entreprises dont les salariés accèdent encore trop peu à la formation, notamment les TPE et PME.

Besoin de simplifier la recherche de vos prestataires de formations ?

Les conditions de succès de l’AFEST

Pour atteindre ces objectifs, et comme l’indique le rapport final de l’expérimentation, l’AFEST repose sur une architecture précise. Celle-ci se caractérise par :

  • Un cadre formel bien défini

Premier élément à retenir, l’AFEST est un dispositif formellement constitué par une alternance de deux séquences : une mise en situation de travail organisée à des fins d’apprentissage, et une séquence dite « réflexive » destinée à renforcer ces apprentissages. Des objectifs professionnels sont formalisés, et des situations pour les atteindre identifiées et agencées en parcours. En ce qui concerne la séquence réflexive, l’apprenant doit être outillé et accompagné par un tiers pour conduire sa réflexion sur son activité.

  • Une ingénierie spécifique

Parmi les conditions de succès de l’AFEST présentées dans le rapport (préparation en amont, mobilisation des acteurs, aménagements organisationnels et managériaux, droit à l’essai…), l’ingénierie tient une place importante. Elle comprend les étapes clés suivantes : diagnostic d’opportunité, diagnostic de faisabilité (reposant sur l’engagement des parties prenantes), détermination des compétences visées, repérage des situations de travail et analyse de leur potentiel formatif, et enfin définition du parcours.

  • L’implication de professionnels expérimentés

La mobilisation de personnes connaissant bien le travail réel que doit servir l’AFEST est incontournable. L’immersion dans la réalité du travail ne peut se faire sans cet accompagnement. Il est également nécessaire d’aménager la situation de travail pour sécuriser le droit à l’essai et assouplir certaines contraintes organisationnelles (le temps, par exemple), sans pour autant pénaliser le client final de l’entreprise.

Les apports de l’AFEST aux apprenants et à l’entreprise

Selon le rapport d’expérimentation, l’AFEST donne satisfaction aux entreprises et aux salariés bénéficiaires sur plusieurs plans :

  • Un dispositif qui comble plusieurs manques

L’AFEST s’avère particulièrement pertinente pour les publics ayant peu accès à la formation professionnelle, notamment dans les TPE et PME où il est plus difficile de dégager du temps pour se former. Les organisations plébiscitent l’opérationnalité de la modalité car l’AFEST ne crée pas de « rupture » dans la production. De leur côté, les salariés apprécient l’utilité immédiate des compétences qu’ils acquièrent, et le caractère non scolaire de leur apprentissage.

Par ailleurs, l’AFEST permet de développer des compétences non disponibles immédiatement sur le marché du travail, voire spécifiques à un savoir-faire de l’entreprise pour lequel il n’existe pas d’enseignement à l’extérieur.

  • Une modalité de formation adaptable et engageante

L’un des atouts de l’AFEST est de pouvoir s’adapter aux contraintes et contextes particuliers des entreprises. De plus, les entreprises sollicitées pour l’expérimentation ont constaté un niveau d’engagement important des apprenants, ces derniers visualisant et expérimentant immédiatement l’utilité du savoir-faire transmis.

  • Une efficacité indéniable quel que soit le secteur

Les activités représentées dans l’expérimentation vont de l’hôtellerie-restauration au bâtiment, en passant par les soins animaliers, la propreté ou l’industrie : selon le rapport, l’efficacité de l’AFEST a été démontrée dans tous les secteurs, quel que soit le métier concerné.

La formation en situation de travail est une modalité pédagogique qui correspond bien aux attentes actuelles des entreprises en termes d’agilité et d’immédiateté. Elle favorise également l’implication et l’engagement des bénéficiaires. Certes, cette modalité de formation n’a pas vocation à remplacer les actions de formation externes, mais elle peut avoir toute sa place dans un dispositif de blended- learning. Elle peut aussi permettre aux entreprises de mettre en place des organisations plus apprenantes.