L’appli CPF est-elle à la hauteur de ses ambitions ?

5 Déc 2019 | L'actu en bref | 2 commentaires

Lancée en fanfare le 21 novembre, l’appli CPF est un outil sur lequel l’exécutif mise beaucoup développer le recours à la formation professionnelle. Car les faits sont là : le compte personnel de formation est encore trop peu utilisé par les Français, surtout dans un contexte d’évolution des métiers et de pénurie de profils dans certains secteurs. Le pari sera-t-il gagné ?

Les objectifs ambitieux de l’appli CPF

Muriel Pénicaud insiste sur la « démocratisation de l’accès à la formation » portée par l’appli CPF. Une démocratisation que l’exécutif souhaite voir s’amplifier. Aujourd’hui, 25 millions de CPF (sur les 33 millions ouverts) sont considérés comme suffisamment approvisionnés pour pouvoir être utilisés. En avril prochain, trois millions d’indépendants auront également accès au CPF.

Avec son application, le gouvernement s’est fixé l’objectif qu’un million de personnes utilisent chaque année leur CPF. La Caisse des dépôts et le ministère du Travail se sont donc employés à développer une application mobile « pratique », « simple » et « lisible » selon les mots du Premier ministre. Qu’en est-il à l’usage pour l’heure ?

Du travail à accomplir pour l’utilisation sur mobile

Le jour du lancement, il était impossible de trouver  « moncompteformation » dans le Play Store, la boutique d’applications d’Android (le système d’exploitation des marques Asus, HTC, Huaweï, Samsung, Sony…). Quant à l’application elle-même, si elle ne posait pas de problème dans sa version pour téléphone Apple, la version pour Android n’était pas fonctionnelle jeudi en fin d’après-midi.

Une offre de formation manquant de lisibilité

Les premiers retours sur le web font état d’un manque de lisibilité de l’offre : par exemple, une recherche simple sur le terme « anglais » peut faire apparaître plus de 15 000 résultats ! Un problème lié au fait que certains organismes monopolisent plusieurs milliers de réponses avec des offres en distanciel pur. Les informaticiens de la Caisse des dépôts devront rapidement trouver une parade pour éviter cette dérive : la clé est de parvenir à promouvoir les offres de chaque organisme, mais pas chaque offre d’un organisme donné.

D’autres points méritent améliorés, notamment les possibilités de tri des offres. Ainsi, la distance zéro semblant être le critère de pertinence majeur, les tris « pertinence » et « distance » produisent des résultats presque similaires. Des fonctions de tri avancé efficaces, prenant en compte des critères comme les modalités pédagogiques ou les horaires, seraient assurément bienvenues.

L’appli « moncompteformation » n’en étant qu’à ses débuts, elle fera l’objet d’optimisations dans les mois à venir. Un enjeu fort est de permettre à l’internaute de ne trouver qu’une fois chaque organisme préparant aux formations qu’il recherche, de pouvoir étudier ces formations, mettre de côté celles qui l’intéressent et ainsi opérer son choix… facilement et simplement.

Besoin de simplifier la recherche de vos prestataires de formations ?