21eme observatoire économique de la FFP : digitalisation et démarche qualité d’abord

14 Mar 2019 | L'actu en bref | 0 commentaires

La FFP (Fédération de la Formation Professionnelle) conduit chaque année un baromètre auprès de ses adhérents visant à analyser l’activité de formation et à mieux cerner les caractéristiques du marché en France. Parue fin janvier 2019, la dernière édition livre des chiffres parlants sur l’investissement des organismes dans les démarches qualité et la transformation digitale.  

La digitalisation, enjeu majeur des adhérents de la FFP

La transformation digitale n’a pas seulement ouvert grand le champ des possibles en termes d’innovation pédagogique : elle a profondément changé le marché de la formation professionnelle. Rien d’étonnant, donc, à ce que 100 % adhérents de la FFP aient entrepris une ou plusieurs actions visant à insérer les outils digitaux dans un ou plusieurs champs de leurs activités. Les répondants de l’enquête menée fin 2018  pour l’observatoire économique de la FPP se sentent concernés par la digitalisation à double titre :

  • 80 % d’entre eux ont pour priorité, en cours ou à venir, la digitalisation de leur offre de formation ;
  • 70 % ont également pour priorité la digitalisation de leur organisation (RH, administration, marketing).

Des démarches qualité soutenues

Les organismes de formation de la FFP continuent à s’engager fortement dans les démarches qualité : 85 % d’entre eux sont détenteurs d’une qualification ou d’une certification reconnue par le CNEFOP.

Par ailleurs, le développement d’une offre de formation certifiante reste une priorité pour 74% des adhérents. Parmi eux :

  • 84 % délivrent des formations diplômantes, certifiantes ou qualifiantes (74% en 2016) ;
  • 88 % délivrent des formations éligibles au CPF en réponse à une demande croissante, contre 64% en 2016.

La réforme de la formation 2018 jugée favorablement

Les répondants à l’enquête de la FFP portent un regard globalement positif sur la loi Avenir professionnel et la réforme de la formation associée :

  • 98 % voient des opportunités liées à la réforme de la formation professionnelle pour le développement de leur activité.

En ce qui concerne le CPF, les avis sont plus mesurés, même si l’abondement en euros est plutôt bien perçu. Ainsi :

  • 45% des adhérents de la FFP anticipent des impacts immédiatement positifs de la monétisation du CPF ;
  • près de 50% ont préféré ne pas se prononcer sur la transformation du CIF en CPF de transition avant la fin de la période de transition ;
  • 25 % attendent la période de transition de 2019 pour se prononcer sur le CPF rénové.

Certaines incertitudes transparaissent donc quant aux impacts de la loi Avenir professionnel sur l’activité formation. Selon Sylvie Petitjean, coprésidente de l’observatoire économique de la FFP, les inquiétudes des organismes de formation se cristallisent « sur la continuité des prises en charge des différents dispositifs ».

Besoin de simplifier la recherche de vos prestataires de formations ?